Politique de recherche et thèmes de recherche

La politique de recherche du Centre Léon Robin part d’un double constat. Le premier est l’existence dans la société d’un attrait évident pour la pensée antique, qui s’intéresse à la fois à son aspect théorique fondateur (« sagesse des origines », modèles cosmogoniques et physique grecque, naissance de la logique) et aux modèles de vie prônés par les « sagesses antiques », à leur contribution à la philosophie politique et à l’éthique. Le second est que cet intérêt constant pour l’héritage culturel de l’Antiquité coïncide avec une indubitable crise des études classiques. Le Centre souhaite jouer ainsi un rôle de conservatoire de l’héritage de la pensée antique, mais aussi celui d’un pôle de recherche innovant en s’ouvrant sur des domaines parallèles ou nouveaux. La politique scientifique du Centre joue à la fois d’une inscription dans les questions nouvelles et d’une continuité de courants de recherche où l’intérêt pour la philosophie antique reste une fin en soi, comme en Grande-Bretagne, en Italie ou en Allemagne, qui ont vu surgir ces dernières années de remarquables « centres d'excellence » en la matière. L’importance accordée aux Humanités numériques et aux problèmes de traduction, où le Centre est un interlocuteur reconnu est un bon exemple de la première, l’étude de certains corpus (présocratiques, Aristote, stoïcisme) est un bon exemple du second. L’unité a vocation à continuer à assumer ce double rôle.

Le Centre Léon Robin conçoit la recherche sur un modèle interdisciplinaire, avec des points forts dans la collaboration entre philosophes et philologues, la continuité entre la philosophie antique et son héritage, la mise en contexte de la philosophie avec d’autres aspects de la pensée antique (médecine, religion, alchimie), les humanités numériques et les pratiques de la transmission et de la traduction. Le projet scientifique du Centre est décliné autour de trois axes de recherche principaux : (I) concepts et catégories de la philosophie antique ; (II) l'ontologie et la philosophie naturelle en interaction ; (III) la transmission des doctrines philosophiques.

 

1. Concepts et catégories de la philosophie antique - responsables Marwan Rashed et Cristina Viano

Cet axe de recherche est consacré à l’émergence des concepts et des méthodes philosophiques et à leur élaboration en système au cours de l’Antiquité. Il est consacré à l’étude de trois corpus clés : les penseurs présocratiques, la métaphysique aristotélicienne, le système stoïcien, mais aussi à deux notions ou méthode transversales : la causalité et la logique. Tandis que la période présocratique est celle de la préhistoire des concepts philosophiques et de leur émergence, l’école stoïcienne, qui est la première officiellement élaborée en système, présente l’archétype de l’élaboration théorique des systèmes – chronologiquement placée à la période charnière, la métaphysique d’Aristote inaugure quant à elle la tradition occidentale de la métaphysique.

1.1. La préhistoire des concepts philosophiques

1. 2. La causalité

1. 3. Logique et dialectique

1. 4. La Métaphysique d'Aristote

1. 5. Les concepts en système : le stoïcisme et son évolution

 

 2. Ontologie et philosophie naturelle - responsable David Lefebvre

La philosophie de la nature est un des domaines centraux de la philosophie antique, mais aussi l’un de ceux où la théorie philosophique se trouve confrontée à d’autres disciplines connexes. Le Centre Léon Robin développe dans cette perspective un programme de recherche pluridisciplinaire qui étudie une théorie purement philosophique (la biologie d’Aristote) mais aussi l’interaction de la philosophie et de la médecine (en collaboration avec le laboratoire « Médecine grecque ») et les théories alchimiques de la matière.

 

2. 1. Biologie : la génération des animaux d'Aristote

2. 2. Philosophie et médecine

2. 3. L'alchimie et ses modèles théoriques et pratiques

2. 4. Ontologie platonicienne

 

 

 3. La transmission des doctrines philosophiques - responsable Anca Vasiliu

Au delà de la constitution des concepts et des systèmes philosophiques, le Centre Léon Robin a vocation à se consacrer à leur transmission. Il s’agit d’une part d’étudier les transmissions et les transformations doctrinales dans la religion gréco-romaine et dans la pensée byzantine et médiévale, et d’autre part d’étudier la transmission de la philosophie dans sa traduction et de contribuer à sa transformation en « humanités numériques » tout en menant une réflexion théorique sur cette transformation. Ces activités sont menées pour partie dans deux Labex, le Labex Remed à Paris-Sorbonne et le Labex Transfers à l’École Normale Supérieure.

 

3. 1. Transmissions et innovations de l’Antiquité au Moyen-Âge

3. 2. Religion et philosophie

3. 3. Traduction

3. 4. Humanités numériques

 

 

La politique de recherche s’articule aux deux Labex mentionnés ci-dessus, mais s’appuie aussi sur des programmes spécifiques portés par des chercheurs du Centre :

Projets actuels :

 - Le GDRI « Aitia / Aitiai - Le lien causal dans la pensée antique  : origines, formes, transformations » - responsable Cristina Viano 2014-2018 - voir le carnet de recherche sur Hypotheses.org

 

Projets passés :

- L’ANR « Présocratiques Grecs / Présocratiques Latins » – Responsable André Laks, 2009-2012.

- Le GDRI « Philosopher en langues. Comparatisme et traduction » – Responsable Barbara Cassin, 2008-2012.

- Le PICS « Aitia. Dépendance causale, responsabilité et nécessité dans la pensée antique » – Responsable Cristina Viano, 2011-2013.

Ce PICS succède au projet CNRS-FAPESP « Aristote : causes et action » – Responsable Cristina Viano, 2008-2009.

   

Rechercher sur ce site