Politique de recherche et thèmes de recherche

 La politique de recherche du Centre Léon Robin part d’un triple constat. Le premier est l’existence dans la société d’un attrait évident pour la pensée antique, qui s’intéresse à la fois à son aspect théorique fondateur (« sagesse des origines », modèles cosmogoniques et physique grecque, naissance de la logique) et aux modèles de vie prônés par les « sagesses antiques », à leur contribution à la philosophie politique et à l’éthique. Le second est que cet intérêt constant pour l’héritage culturel de l’Antiquité coïncide avec une indubitable crise des études classiques. Le troisième est que le secteur a ses contraintes spécifiques : l'étude de la philosophie antique ne peut être séparée, d'une part, de l'étude matérielle et intellectuelle des conditions de sa transmission, d'autre part de l'étude de sa réception médiévale latine et arabe. Plus largement, le Centre a pour vocation d'ouvrir l'étude de la philosophie antique à l'histoire de ses réceptions et utilisations culturelles et philosophiques jusqu’à l'époque moderne. Le Centre Léon Robin conçoit donc sa politique de recherche sur un modèle interdisciplinaire, avec des points forts dans la collaboration entre philosophes et philologues, la continuité entre la philosophie antique et son héritage, la mise en contexte de la philosophie avec d’autres aspects de la pensée antique (médecine, religion, alchimie), les humanités numériques et les pratiques de la transmission et de la traduction. Le Centre souhaite jouer à la fois un rôle de conservatoire de l’héritage de la pensée antique, mais aussi celui d’un pôle de recherche innovant en s’ouvrant sur des domaines parallèles ou nouveaux. L’importance accordée aux Humanités numériques et aux problèmes de traduction, où le Centre est un interlocuteur reconnu est un bon exemple de la seconde ambition, l’étude de certains corpus (présocratiques, Aristote, philosophie hellénistique) est un bon exemple du premier. L’unité a vocation à continuer à assumer ce double rôle. Le projet scientifique du Centre est décliné autour de trois axes de recherche principaux : (1) concepts, mouvements et systèmes de la philosophie antique ; (2) la philosophie et les savoirs ; (3) transmission, traduction et adaptation des doctrines philosophiques.

 

1. Concepts et catégories de la philosophie antique. Responsable : Rossella Saetta-Cottone

 Le premier axe de recherche de l’unité s’organise autour de quatre grands corpus de textes en langue grecque et latine qui couvrent les principales étapes de l’histoire de la philosophie ancienne, à savoir les philosophes dits « présocratiques », Platon et ses interprètes médio et néo-platoniciens, Aristote et les mouvements philosophiques d’époque hellénistique et romaine. La réflexion sur la constitution des concepts et des systèmes de pensée menée par les membres de l’équipe s’appuie sur l’exercice rigoureux de la philologie à travers un ensemble de travaux d’édition, du commentaire et de traduction des œuvres fondatrices et il se développe à l’intérieur de séminaires de recherche, de groupes de travail restreints, et surtout dans le cadre des cycles de conférences du Centre qui accueillent les principaux spécialistes nationaux et internationaux de la philosophie ancienne.

1.1. Présocratiques ou préplatoniciens

1. 2. Platon et la tradition platonicienne

1. 3. Recherches sur Aristote

1.4. Philosophie hellénistique et romaine

 

 2. La philosophie et les savoirs. Responsable : Cristina Viano

 

La philosophie proprement dite a été au cours de toute l’Antiquité en interaction avec de nombreux autres savoirs ou disciplines : ainsi les sciences mathématiques, les sciences naturelles (la médecine, l’alchimie), la religion, le droit et la rhétorique, la littérature (en particulier la poésie, forme première d’expression de la philosophie). Toutes ces disciplines ont influencé le développement de la philosophie ou ont subi son influence, souvent dans une interaction étroite. Cet axe de recherche explore l’interaction de la philosophie avec ces autres savoirs, soit de manière thématique et transdisciplinaire (ainsi les recherches sur la causalité) soit en s’attachant plus particulièrement à une discipline (en l’occurrence, pour la période concernée par le projet : médecine, religion, poétique, alchimie). La vocation  de cet axe est pluridisciplinaire. Il a pour but de montrer comment les visions du monde, le rapport de l’homme à la nature, au divin et à son propre corps, mais aussi à ses semblables ou à ses modes d’expression s’est élaboré dans l’Antiquité dans un dialogue constant avec des savoirs ou bien voisins ou bien mêlés à elle. Des concepts, des outils conceptuels, des méthodes et des pratiques, des visions de la réalité parcourent ainsi tout le champ de la pensée antique et la traversent. L’un des objectifs de cet axe de recherche est de comprendre la place de la philosophie dans les savoirs antiques, et, si possible, en retour, dans les nôtres. Cet axe est appelé à jouer un rôle essentiel dans la stratégie d’intégration de l’unité au sein de la nouvelle université Sorbonne Université.

 

2.1. Recherches sur la causalité

2.2. Médecine et philosophie

2.3. Philosophie et religion

2. 4. Poétique et théories de la mimêsis

2.5. Alchimie, savoirs et techniques de la matière

 

 3. Transmission, traduction et adaptation des doctrines philosophiques. Responsable : Anca Vasiliu.

 

Au delà de la constitution des concepts et des systèmes philosophiques et de l’interaction de la philosophie avec les autres savoirs, le Centre Léon Robin étudie leur transmission, leur réception, leur traduction et leur adaptation. Il s’agit d’une part d’étudier les transmissions et les transformations doctrinales dans la pensée latine, byzantine et médiévale, en particulier dans la pensée arabe, et d’autre part d’étudier la transmission de la philosophie dans ses diverses traductions et de contribuer à sa transformation en « humanités numériques ». Cet axe de recherches est depuis longtemps une des forces de l’unité, impulsée par deux de ses directeurs successifs, B. Cassin et A. Laks, ainsi que par A. Vasiliu et M. Rashed. L’unité projette à la fois de prolonger certaines actions existantes dans ce domaine et de développer de nouveaux projets, en particulier dans le domaine latin et le domaine arabe, longtemps négligés dans l’unité.

3.1. L'héritage philosphique de l'Antiquité

3.2. Philosophie arabe

3.3. Traduction et intraduisibles

3.5. Humanités numériques

3.5. Humanités numériques

 

 

La politique de recherche s’articule aux deux Labex mentionnés ci-dessus, mais s’appuie aussi sur des programmes spécifiques portés par des chercheurs du Centre :

Projets actuels :

 - Le GDRI « Aitia / Aitiai - Le lien causal dans la pensée antique  : origines, formes, transformations » - responsable Cristina Viano 2014-2018 - voir le carnet de recherche sur Hypotheses.org

 

Projets passés :

- L’ANR « Présocratiques Grecs / Présocratiques Latins » – Responsable André Laks, 2009-2012.

- Le GDRI « Philosopher en langues. Comparatisme et traduction » – Responsable Barbara Cassin, 2008-2012.

- Le PICS « Aitia. Dépendance causale, responsabilité et nécessité dans la pensée antique » – Responsable Cristina Viano, 2011-2013.

Ce PICS succède au projet CNRS-FAPESP « Aristote : causes et action » – Responsable Cristina Viano, 2008-2009.