couvGourinatStoAme

J.-B. Gourinat, Les stoïciens et l'âme, Vrin, Bibliothèque d’Histoire de la Philosophie ? Poche, 168 pages -  ISBN 978-2-7116-2775-2 - septembre 2017

 

Nous parlons couramment de « stoïcisme », entendant par là une certaine « fermeté d’âme », en référence au système théorique des stoïciens. Le stoïcisme promeut une maîtrise rationnelle de soi qui repose sur la connaissance de processus psychiques, entièrement corporels. Les stoïciens pensaient pouvoir ainsi donner aux hommes les moyens de cette sérénité devant les passions, la souffrance et la mort qui caractérise leur philosophie. Paradoxalement, c’est en prônant la soumission à l’ordre de l’univers qu’ils ont ébauché les premières théories de la volonté. Ce thème touche aux trois parties de leur philosophie : à la physique par la physiologie, à la logique par l’épistémologie, à l’éthique par la doctrine des impulsions et les passions. L’âme se répand dans le corps comme les tentacules d’une pieuvre, lesquelles sont rattachées à la partie directrice qui est rationnelle. Qu’est-ce qu’une représentation? une impulsion? une passion? la raison? On découvrira l’originalité des réponses des stoïciens à ces questions dans cette présentation synthétique de leur doctrine, publiée ici dans une nouvelle édition entièrement revue et actualisée.