Torrente Luca

Titre de la thèse : « Génération, nature et individuation des corps vivants chez Aristote »

Direction : Cristina Viano

Résumé de la thèse : Le projet cherche à analyser les problèmes de la conception aristotélicienne du corps des êtres vivants. Aristote se préoccupe de distinguer sa théorie des êtres animés de celles de ses prédécesseurs, précisément par le soin consacré à l’analyse des spécificités du corps des vivants. Prenant comme point de départ l’être vivant dans son caractère hylémorphique, j’essaierai de concentrer mes recherches sur le corps, ses caractéristiques et son statut ontologique particulier dans l’œuvre aristotélicienne. Dans la première partie de mon étude, j’analyserai le problème de la génération des animaux. Mes questions seront les suivantes : Comment l’embryon se forme-t-il selon Aristote ? Quelles sont les conditions matérielles qui permettent le développement d'un nouvel être vivant ? Quel est le rôle de la cause finale dans la génération, étant donné que cette cause est utilisée par Aristote presque toujours dans les contextes biologiques ? Et enfin, quelle relation existe-t-il entre les théories aristotéliciennes et celles des médecins hippocratiques ?

La seconde partie de mes recherches sera consacrée à l’étude de la nature du corps vivant, c’est-à-dire à sa forme et au principe de son mouvement. S'il est vrai que les organismes vivants sont pour Aristote les paradigmes des substances naturelles (Métaph. Z. 7), nous devons chercher à savoir pourquoi. Pourquoi les corps vivants sont des substances ? Quelles sont les caractéristiques matérielles et formelles de l'être vivant ? Quels sont donc les éléments nécessaires à sa vie (comme le dit Aristote dans le De anima 415b13 : « vivre est, pour les vivants, leur être même ») ? Quelle est la relation entre l'individu vivant et l'environnement ? Et quelle est l'importance de l'influence externe sur la qualité de vie de l'être vivant ?

Je consacrerai la dernière partie de ma recherche au problème de l'unité et de l'individuation du corps vivant. Les substances naturelles sont des individus selon Aristote, mais il y a un processus d’individuation qui forme les substances telles qu'elles sont, c'est-à-dire la génération. Comment ce processus fonctionne-t-il d'un point de vue ontologique ? Il faut que Socrate ait un corps afin d’exister, donc avant le processus d’individuation il n’y a pas la forme individuelle de Socrate (Métaph. Z. 8). Mais comment pouvons-nous expliquer l'unité substantielle de l'individu Socrate ?

   

Rechercher sur ce site